MARINA FEAT. ROMAN

Perrine Estienne





20 juillet.


Elle a du mal à s'endormir
ses doigts s’aventurent sur le sol jusqu’à ce qu’ils butent
Un corail?
Elle rouvre doucement les paupières
Commence à reconnaître
                         des tas de vêtements froissés
                         et l'écran
                      _________________________________________________________________________________________
elle choisit de pivoter vers la baie vitrée _______________________________________________________________________________________________________________________

Cette mer...
Avec le petit port de plaisance,
Et le ponton

              Il lui est interdit de sortir.
Marinus, qui appartient à la mer.
_______________________________________________________________________________________________________________________

Errer
Son corps est tordu
        Parfois d'apparence fragile

Elle retourne son oreiller



Se lever lentement
       on ne compte plus les appartements vides
       les immenses vagues de béton
Marina?
       Le paiement sans-contact que personne ne croise
       Les abords de l'A8 et la zone commerciale
            Marina...
       Des affiches de cirque
Une silhouette y apparaît
                                  Marina
               Derrière une poubelle
               Un téléphone posé en équilibre sur un dattier
Observer encore quelques instants en goûtant au plaisir

Marina et ses variantes ont ensuite traversé les siècles.

Je ne suis venu parler ni des dessous
respire        

Ni des habits d’un genre que je connais mal
                                                        polyamide, nylon, élasthane?
Je me sens parfois seul
Divague                                               

Combien le danger, l’élégance et la patience me manquent
                                     s'empilent comme des coussins
Tout est mouillé ici
Je me suis mis à croire
cette histoire de poésie          
le retour à la charge de l'ami    

Faire des figures, onduler ensemble.
Je devais dire tout cela
 qui s'appelle                  Mouvement   
              __________________________________________________________________________________________________
Elle ne sait plus trop quoi faire
Suprise par ses gestes
Brasse coulée                                         

Ses mains gercées
                                        De trop de liquide
Sentir
       la présence de cette mer invisible
L'odeur d'une bouche qu'elle rêve de pouvoir embrasser
Qui flotte                             


Tout manque sauf
son espace                             
Toujours.
Ses doigts s'aventurent
Naviguent
Finissent par pianoter



Doucement, Marina sort de l'eau
Pour me demander ce que je préfère, moi.
La lumière s'insinue,
Inonde.
Et le sel sur nos lèvres,
Scintille.